entete-crasse.jpg

FIND

Nazca puqios

 

Les Puqios de Nazca

À chaque civilisation, ses solutions !

Traversons l’atlantique, bien avant Christophe Colomb et intéressons-nous aux civilisations précolombiennes, particulièrement la civilisation dite de Nazca dans le sud du Pérou. Depuis 1927, les scientifiques essaient de déchiffrer les fameux géoglyphes, dessinant dans les sols arides de la région des dessins uniquement visibles depuis le ciel.

Rites religieux, célébrations astronomiques ou signes à destination de visiteurs extraterrestres ? … Aucune explication n’a séduit les spécialistes.

Parmi les dessins étranges et sans fonction apparente, il y a aussi des puits creusés en spirale que les autochtones appellent communément les Puqios de Nazca. Là encore, de nombreuses spéculations entourent ces énigmatiques constructions qui apparaissent entre 200 av. J.-C. et 600 ap. J.-C.

Or, grâce aux images de télédétection du satellite Quickbird, une scientifique italienne, Rosa Lasaponara[1] a pu relier ces spirales à un réseau de canaux souterrains, mettant ainsi en évidence un ingénieux système de stockage et d’irrigation. Les structures construites en spirales permettaient de canaliser la force du vent. Ainsi l’eau souterraine, stockée, était redirigée intelligemment vers les cultures et les plantations assure-t-elle lors d’un colloque pour présenter ses travaux.

Ces réservoirs et canaux pré-incaïques sont particulièrement utiles pour développer une agriculture intensive en utilisant l’énergie éolienne pour irriguer les champs.

 

puqio de nazca

 

Les puqios agissent comme des capteurs de vent. Celui-ci, en s’engouffrant dans le colimaçon, provoque une pression repoussant l’eau stagnante des nappes phréatiques qui devient circulante…

Contrairement aux qanâts iraniens qui utilisent la gravité pour faire circuler l’eau, nous sommes en présence d’un système d’irrigation utilisant la force éolienne pour créer le flux nourricier, quel que soit le sens et l’inclinaison de la pente.

 

 

icone plan InPixio

[1] Rosa Lasaponara, PhD, chercheuse à l’IMAA-CNR (Consiglio Nazionale delle Ricerche, Institute for Environmental Monitoring) depuis 2001. Addressing the challenge of detecting archaeological adobe structures in Southern Peru using QuickBird imagery.

Rosa Lasaponara & Nicola Masini, Satellite Remote Sensing: A New Tool for Archaeology (Remote Sensing and Digital Image Processing) Springer, 2012.

MENTIONS LEGALES
LE LUDION Sarl                +  33 561 573 722
Fondée en 1976  -  Capital de 120.000 euros
SIRET 334 256 120 00026           NAF 3220Z
Ident TVA                         FR 26 334 256 120
2 rue Pierre de Fermat     31000 TOULOUSE
RCP MMA IARD                     N° 113 520 312