entete-crasse.jpg

FIND

carnyx de Tintignac

À l’occasion de l’étude de la symbolique du Chaudron de Gundestrup, nous avons remarqué sur un des panneaux représentant une procession, trois musiciens soufflant dans ce qui m’a semblé être, dans un premier temps, un lur, la trompe scandinave[1].

musique 03Mais en rapprochant cette illustration de celles des instruments celtes retrouvées dans divers dépôts du Royaume-Uni ou de France, il s’agit plutôt de carnyx tels que les décrit Diodore de Sicile au premier siècle de notre ère : Ils ont des trompettes barbares, d’une construction particulière, qui rendent un son rauque et approprié au tumulte guerrier[2]. Suivant Hésychios[3], cette trompette était appelée par les Gaulois carnon (cor ?). Eustathe[4] prétend que le pavillon de cette trompette avait la figure de quelque animal sauvage, et que l’anche était de plomb.

 musique 01

Utilisé le plus souvent pour accompagner les charges guerrières des fantassins celtes de la fin de l’âge de fer[5], cette trompe verticale de près de deux mètres dépasse les têtes des combattants et frappe d’épouvante et d’effroi l’ennemi, en participant à l’assaut. Pour amplifier l’effroi causé par leurs puissantes sonneries, leur tonnerre en forme de hure de sanglier, reconnaissable à leur groin et à leurs canines était complété par des pièces mobiles, mi-anches, mi-démons, comme la languette de bois rivetée dans la gueule de l’exemplaire de Deskford[6] ci-dessous, ou les oreilles démesurées et souples en tôles de bronze de celui de Tintignac découvert en Corrèze en septembre 2004[7].

 

musique 04

 

[1] Angul Hammerich, Les lurs de l’âge du bronze, Nationalmuseet de Copenhague, DK, MSAN, 1892, p. 151, fig. 7.

[2] Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique, [Trad. Hoefer], Charpentier, Paris, 1846, Tome 2, Livre V, §. 30, p.30.

[3] Hésychios, Lexique, Manuscrit Marc. Gr. 622.

[4] Eustathe, Commentarii in Homerum, Græcé, Rome, 1542, p.1139.

[5] Trois joueurs de carnyx accompagnant les guerriers au combat, figurent parmi les motifs décoratifs intérieurs d’inspiration celte du chaudron de Gundestrup trouvé en 1891 au Danemark. Il date du IIe siècle av. J.-C. Diamètre 69 cm.

Nationalmuseet de Copenhague, DK.

[6] L’original, illustré ci-dessus, est visible au Scottish National Museum d’Edinburgh et une réplique se trouve au Banff Museum

[7] Illustration page opposée. Voir l’étude de Tinaig Clodoré-Tissot, Préhistoire de la Musique.

 

 

 

 

 

MENTIONS LEGALES
LE LUDION Sarl                +  33 561 573 722
Fondée en 1976  -  Capital de 120.000 euros
SIRET 334 256 120 00026           NAF 3220Z
Ident TVA                         FR 26 334 256 120
2 rue Pierre de Fermat     31000 TOULOUSE
RCP MMA IARD                     N° 113 520 312